Mathieu Kassovitz- La Haine

Updated: Sep 27



Difficile:

Le synopsis du film


Abdel Ichaha, un résident de la cité des Muguets de descendance maghrébine, a été victime de bavure policière lors d’une garde à vue. Frappé par la police, il est plongé dans le coma. Cet incident a provoqué une nuit d’émeutes dans la cité HLM des Muguets en banlieue parisienne entre les jeunes de la cité et les forces de l’ordre. Vinz, Saïd et Hubert se retrouvent le lendemain sur le toit d’un immeuble pour débattre des événements autour d’un barbecue. Un policier aurait perdu son arme dans la cité. C’est Vinz qui l’a trouvée. On suit ensuite les trois amis, heure par heure pendant leur journée de péripéties et notamment quand ils vont au centre de Paris.



Plus Difficile:

Les thèmes du film


Le film de Mathieu Kassovitz, sorti en 1995, a pour thèmes principaux la jeunesse, la violence et les banlieues. Tout d’abord, la plupart des personnages sont jeunes. En particulier, les trois protagonistes ont une vingtaine d'années. Ils utilisent l’argot et le verlan ; un langage typique des jeunes de banlieues. À plusieurs reprises au cours du film, les personnages font preuve de beaucoup de loyauté et montrent qu’ils ont un grand sens de la famille. Pourtant, la cité est présentée comme un endroit où règne la violence. Par exemple, nous sommes témoins de plusieurs confrontations entre la police et les banlieusards. Enfin, le film a été tourné dans une vraie cité. Elle montre la précarité des lieux car elle est délabrée et insalubre. On y voit la diversité des résidents qui ont des origines et des religions variées, ainsi que l’ennui des jeunes qui n’ont rien à faire à cause du manque d'opportunités.



Le Plus Difficile:

Les techniques cinématographiques


Le réalisateur a choisi que le film sorte dans les salles en noir et blanc. Cette technique intensifie l’effet dramatique de l’intrigue et permet aux spectateurs de se concentrer sur le message du film. Le noir et blanc rend le film plus réaliste puisqu’il lui donne une allure de documentaire.

Contrairement aux autres films, le générique se trouve au début du film plutôt qu’à la fin, ce qui permet de rendre encore plus efficace et choquante la scène finale. Pendant le générique, qui sert aussi de prologue, on peut voir des images d’archives des émeutes qui se sont produites en France entre 1886 et 1995, ce qui rajoute du réalisme au film.


Le film est divisé en deux parties bien distinctes : dans la banlieue et à Paris. Le trajet en train permet, non seulement cette transition entre les deux parties qui constituent le film, mais aussi de créer une distance physique entre les deux lieux. Pour conclure, toute la musique utilisée dans le film est diégétique : c’est-à-dire que la musique provient de la scène et donc que l’audience et les personnages entendent la même musique. Cette technique peut parfois rendre des scènes inconfortables à regarder, surtout celles où les personnages restent silencieux.



Vous pouvez regarder la bande annonce ici:






Recommendation


If you are studying this film at A Level, you will find this Study guide very useful:



Click on the guide to check it out










*As an Amazon Associate I earn from qualifying purchases.

40 views0 comments

Recent Posts

See All